Nieuwsoverzicht

Albert Daul est un Alsacien incorpore de force dans la SS. Present au cours du massacre, il cause pour la toute premiere fois depuis le proces.

A peine a-t-il ouvert qu’il nous previent, le regard hante : « Je ne veux plus rien savoir. Je ne desire plus parler d’Oradour. » Neanmoins, Albert Daul ne referme jamais la a de sa petite maison, dans un hameau d’Alsace. « Je ne desire plus rien connaitre », repete-t-il. Cette phrase, on sent qu’elle fut le bouclier pendant sept decennies. Cependant, chaque fois qu’il Notre prononce, il rajoute quelque chose. Il evoque une femme, qu’il a dissuadee d’entrer dans le bourg. Ca lui permet d’affirmer qu’il est a l’exterieur, qu’il gardait l’acces, qu’il n’a donc gui?re directement participe… On se raccroche a votre qu’on est en mesure de. Il n’empeche. Albert Daul a sauve des vies a Oradour-sur-Glane. On le lui rappelle. Cela faisait part des « malgre-nous » alsaciens, incorpores de force dans la Waffen-SS. Entre 1940 et 1944, 130 000 jeunes n’ont eu d’autre choix que de servir l’Allemagne si, a la suite de l’armistice de juin 1940, l’Alsace et J’ai Lorraine mosellane ont ete annexees au Reich. Des pressions etaient exercees sur leurs familles, menacees de deportation si le fils refusait d’endosser l’uniforme ; 40 000 n’ont pas survecu a la guerre et aux camps sovietiques ou ils furent detenus apres 1945. Le 10 juin 1944, Albert Daul etait present, malgre lui, a Oradour-sur-Glane. Cela faisait partie en 3e compagnie du regiment Der Fuhrer, responsable du pire massacre commis par les nazis en France. Ce regiment de la division Das Reich a ensuite ete decime en Normandie. « Je ne souhaite plus pas grand chose savoir ! » Cela ne parai®t nullement vouloir qu’on parte, non plus.

Comme son poignard au dos

Le voisinage veille concernant sa tranquillite. Sa fille aussi. Au portable, elle a averti : « Cela fait soixante-dix annees qu’on vit avec ca. On n’en est en mesure de plus. Au moment oi? j’etais jeune, pour moi aussi, c’etait votre cauchemar. » Mais Albert Daul, au fond de sa conscience, veut parler. Il va i?tre le soir des malgre-nous d’Oradour bien en vie. Juge au proces de Bordeaux en 1953, il a ete condamne a dix ans de chantiers forces mais amnistie, au nom d’une reconciliation nationale, comme douze autres Alsaciens presents a Oradour. Ce proces fut votre veritable psychodrame. Pour le Limousin d’abord, ou l’amnistie pantalon ressentie tel un coup de poignard dans le dos. Mes accuses en sortirent libres https://datingmentor.org/fr/paltalk-review/, ainsi, aucun des responsables d’la tuerie ne est inquiete. Pour l’Alsace, ensuite, qui s’est sentie solidaire des treize gamin perdus et, du coup, exclue d’une communaute nationale. Age de 88 ans, Albert Daul est atteint d’un cancer. Veuf depuis des mois, une voix secrete lui a dit qu’il est moment. Il nous fera signe d’entrer, s’installe dans un fauteuil du salon et m’invite a m’asseoir en face de lui. Albert Daul accepte pour la premiere fois de repasser via l’evenement qui l’a marque a pas, au cours duquel il a desobei aux ordres Afin de sauver une femme et deux enfants qui circulaient a velo. Ses souvenirs sont parfois confus, mais ils temoignent en terrible condition des malgre-nous alsaciens, ainsi, de la verite d’un homme qui possi?de passe sa vie avec Oradour sur la conscience.

RECAPITULATIF DU PARCOURS D’ALBERT DAUL LE 10 JUIN 1944Une vue aerienne d’Oradour, conserve en l’etat depuis la tragedie

1) 14 heures : il va i?tre poste a la sortie ouest du village.

2) 15 h 45 : Il assiste a l’execution d’une vingtaine d’otages dans une grange.

3) 16 heures-16 h 30 : Il se rend avec son groupe devant l’eglise en feu. Cela voit a l’exterieur le cadavre d’un enfant.

4)A la nuit tombee, il remonte sur votre camion pour regagner le cantonnement en compagnie a Nieul. Oradour n’est plus qu’un brasier.

Paris Match. Comment etes-vous devenu 1 malgre-nous ? Albert Daul. A Strasbourg, c’est la qu’on nous a… [long silence] incorpores dans la Waffen-SS.

Vous n’auriez jamais pu vous enfuir ?Qu’est-ce que vous vouliez faire ? Au Wacken, a Strasbourg, il y avait des SS partout. Foutre le camp, c’etait plus possible.

Ensuite ? On a quitte J’ai gare de Strasbourg, puis on est arrive a… Je ne sais plus…

Vous etes alle en Prusse orientale, dans un camp de formation. Prochainement, vous etes passe via le camp de Souge, pres de Bordeaux. Vous avez recu une formation dans la Waffen-SS. Apres, on vous a envoye a Montauban… Oui, ca c’est vrai… C’est la qu’on nous a donne les uniformes, a Montauban.

Qu’avez-vous avis en endossant l’uniforme allemand ?Qu’est-ce que vous vouliez Realiser ? Si vous foutiez le camp, ils vous… tuaient.

Ils vous ont menace ? …

Vous vous souvenez de l’officier Heinz Barth, qui vous commandait a Oradour ? Barth, je ne sais nullement… Cela etait officier ?

Oui, il y avait aussi le capitaine Kahn.Kahn, oui ! Cela y avait Kahn, Barth, et un nouvelle.

Diekmann. [le bourreau d’Oradour]Oui, mais je ne le connaissais gui?re. Nous, les Alsaciens, on parlait entre nous, mais au milieu des autres, on ne voulait que dalle savoir. Si ca n’etait jamais necessaire, on ne parlait jamais avec eux.

Pour vous, nos Allemands restaient des ennemis ? … Bon, que voulez-vous savoir via Oradour ?

La 3e compagnie est stationnee a Saint- Junien. Au moment oi? vous etes parti, vous a-t-on evoque que vous alliez Realiser une operation ?On ne nous a rien devoile du tout. Ils ne nous ont nullement demande notre avis. On reste monte aupres du front et c’est arrive en file de route… Oradour.

A quel moment vous etes-vous apercu qu’il se commettait une monstruosite ?J’ai encore eu du bol. Je n’etais pas a l’interieur d’Oradour di?s qu’ils ont fait ce massacre. On etait 2, Elsaesser et moi, on avait l’ordre de ne laisser personne entrer ni bouger. C’est bien.

Qu’entendiez-vous ?J’ai entendu des… des fusillades et les mitrailleuses, mais… Je n’y etais nullement, je n’ai pas surpris. J’etais a l’exterieur, en bas. Je n’etais jamais au bourg le jour du massacre.

Vous avez decouvert le village bruler ?Oui, oui.

Qu’avez-vous fera ?Avec Elsaesser, on ne devait laisser passer personne. Alors, votre mec, il etait soi-disant professeur de musique, il va i?tre entre. Un autre monsieur est sorti. Il y avait aussi deux gosses qui seront partis a velo… En outre depuis eu votre dame, je me rappelle environ son nom. Elle s’appretait a entrer dans Oradour.

Vous vous souvenez de ce que vous lui avez devoile ?Je lui ai dit : “Si vous voulez me faire joie, retournez i  votre logis, parce que la, c’est votre merde la-dedans.” On entendait les tirs de mitrailleuses. Je l’ai priee de revenir chez elle, ainsi, elle l’a fait d’ailleurs… En outre elle m’a ecrit une lettre, apres… Elle m’a remercie.

A i§a, vous saviez votre qu’il se passait dans le village ?Vous saviez que la population est massacree ? On ne savait jamais exactement. On croyait qu’il y avait des maquisards.

0 antwoorden

Plaats een Reactie

Meepraten?
Draag gerust bij!

Geef een antwoord

Het e-mailadres wordt niet gepubliceerd. Vereiste velden zijn gemarkeerd met *

twaalf − 4 =